ARDENNES Santé Travail

ARDENNES Santé Travail

Installez cette application sur votre écran d'accueil pour un accès rapide et facile

Appuyer sur Share Puis “Sur l'écran d'accueil”

Inaptitude qu'est-ce que cela implique ?

Le médecin du travail peut déclarer un salarié inapte à son poste de travail s’il constate que l’état de santé du salarié le justifie.

Pour pouvoir prononcer l'inaptitude, le médecin du travail doit

  • avoir réalisé au moins un examen médical du salarié, accompagné, le cas échéant, des examens complémentaires permettant un  échange sur les mesures d’aménagement, d’adaptation ou de mutation de poste, ou la nécessité de proposer un changement de poste;
  • avoir réalisé ou fait réaliser une étude du poste et des conditions de travail dans l’établissement;
  • avoir procédé à un échange, par tout moyen, avec l’employeur.

Les échanges avec l’employeur et le travailleur permettent à ces derniers de faire leurs observations sur l’avis et les propositions du médecin du travail.

La constatation de l'inaptitude

La constatation de l’inaptitude au poste de travail peut avoir lieu uniquement lorsque le salarié n'est pas en arrêt de travail à l'occasion d’une visite périodique, de reprise ou à la demande.

Vous êtes en arrêt et vous vous posez des questions sur votre capacité à reprendre votre poste de travail ?
N’hésitez pas à consulter le médecin du travail bien avant la fin de votre arrêt. Ce rendez-vous s’appelle une visite de pré-reprise.

La visite de pré-reprise permet d'anticiper une éventuelle inaptitude qui pourrait être prononcer à l'issue de l'arrêt.
Elle peut donc s’avérer extrêmement utile.

Si vous êtes déclaré inapte à votre poste de travail

Cette inaptitude est prononcée pour un poste donné, à un moment précis, chez l’employeur concerné. Cela signifie que vous ne pouvez être maintenu au poste de travail sur lequel vous étiez affecté.

Un salarié inapte peut donc :

  • occuper un autre poste chez le même employeur,
  • occuper le même poste chez un autre employeur, si les conditions le permettent,
  • occuper le même poste chez le même employeur si l’état de santé ou les conditions de travail évoluent favorablement.

 

Le reclassement

A l'issue de l'avis d'inaptitude, L’employeur dispose d'un mois pour chercher à reclasser le salarié inapte en tenant compte des préconisations du médecin du travail ou procéder à son licenciement s’il est dans l’impossibilité de lui proposer un nouvel emploi.

Ce reclassement peut se faire par mutation, transformation de poste ou aménagement du temps de travail, et au besoin dans les autres sociétés du groupe auquel appartient l’entreprise.

L’employeur est dispensé de rechercher un reclassement lorsque le médecin du travail  indique expressément que le maintien du salarié dans l’entreprise serait gravement préjudiciable pour sa santé ou bien que son état de santé fait obstacle à tout reclassement dans un emploi.

Depuis le 1er janvier 2017, quelle que soit l’origine de l’inaptitude (consécutive à un accident du travail/ maladie professionnelle ou non), l’employeur doit solliciter l’avis des délégués du personnel, s’ils existent, avant de proposer un poste de reclassement au salarié.

Contestation de l’avis d’aptitude / d’inaptitude

Désormais, le salarié ou l’employeur qui entend contester un avis du médecin du travail doit saisir le Conseil de prud’hommes dans un délai de 15 jours à compter de la notification de l’avis.

Le Conseil de prud’hommes statue sur cette demande « en référé » (procédure accélérée).

Le demandeur doit informer le médecin du travail de la saisine du Conseil de Prud’hommes.